Notes

    • Les actualités de Waloou – Aout et Septembre 2019

      Après un été très chaud aussi bien sur le plan des températures que sur le plan sexuel, ou un max de queues m'ont bien fourrées, remplies, bourrées la chatte, je me suis sentie chienne en disant OUI à toutes les demandes des mâles alphas qui m'ont fécondées.

      Début septembre je rentre sur Paris et j'ai toujours le cul chaud pour te donner un maximum de plaisir. Je serai sur différents parkings ou en forêt (77, 78, 91, 94).

      Plus d'infos en cliquant ici

Drague nocturne sur un parking d’autoroute

En déplacement dans une ville de province, comme ça m’arrive régulièrement, j’aime en profiter pour faire quelques escapades sexuelles.

Lundi dernier, j’étais dans un état second, excitée folle de désir, j’avais envie d’aller faire la pute sur un parking de routiers.

Après avoir pris une bonne douche dans ma chambre d’hôtel, j’enfilais des bas rose, une culotte rose, une robe moulante noire, mes bottines beiges à talon, une perruque brune bien ajustée et un petit rouge à lèvres. J’étais enfin prête et désirable (surtout très excitée).

Je prenais ainsi la route en direction d’une aire de repos connue de la région comme étant un lieu où il pouvait y avoir de l’action.

Il était 21h00, il commençait à faire nuit, le temps était calme. 4 à 5 camions étaient garés, 1 voiture genre break familial apparemment vide.

Je me garais, éteint mes feux et patientais un instant. Dans le noir vers un talus, j’aperçus une lumière caractéristique d’une cigarette qu’on allume, signe d’une présence.

Je me disais qu’il est temps de descendre, on verra bien ce qu’il s’y passe. Je sortais donc avec mon p’tit sac à main (avec rouge à lèvre en réserve, gel, préservatifs en quantité, et m’avançais vers le talus, en direction du point lumineux. Là se trouvait un gars, debout faisant mine de pisser, je ne le voyais pas très bien car il faisait sombre. Je m’avançais, il remarqua ma présence et se tourna vers moi, la bite à la main. Je lançais la conversation :

Moi : « Bonsoir »

Lui : « Salut, tu veux me sucer ? »

Je ne me faisais pas prier et m’agenouillais à bonne hauteur, le mec doit avoir 40 ans, style père de famille. Je pris son sexe en bouche, il était semi mou, mais avec mes premiers coups de langue je le fis grossir, il atteignait vite une taille honorable, et ma langue se délectait de son argument. Ce monsieur a l’air d’apprécier, il me prit la tête avec ses mains et m’enfonça de plus en plus sa bite, il poussait de petits râles de plaisir.

D’un coup, il me dit : « Je vais juter »

Je le suçais encore plus fort tout en le branlant, il explosa son foutre dans ma bouche, une sacrée dose, il devait avoir les couilles pleines depuis un moment, il poussa un râle de plaisir, moi je pris soin de bien la nettoyer jusqu’à la dernière goutte.

Il remontait son slip rapido et se cassait sans rien dire.

Je suis satisfaite de ma première dose.

Je retournais en direction de ma voiture et m’aperçoit qu’une lumière dans la cabine d’un camion est allumée et la porte à moitié ouverte. Je m’approchais du camion, et je vis un routier en train de se branler, avec un regard qui en disait long sur son envie de sexe. Je m’approchais, il me fit signe de monter ce que je fis sans me faire prier.

On n’a pas échangé un mot. Le routier était jeune, moins de 35 ans avec des origines maghrébines, en tout cas, sa bite dressée était monstrueuse, je dirai un bon 22 cm mais surtout très large, sa main ne pouvait entourer entièrement sa bite. Une fois à ses côtés, il me prit le cou et me dirigea vers sa queue qu’il me força à gober. Elle était énorme, vraiment, son gland me remplissait la bouche et j’ai du mal à sucer ne serait-ce que la moitié de l’engin. Le gars m’a l’air très actif, vicieux et directif. Il me retourna, remonta ma robe, et enleva ma petite culotte. Il m’allongea sur le ventre et commença à me bouffer le cul d’une façon très violente, sa langue est musclée et j’ai l’impression qu’il me pénètre… J’étais aux anges… Il me retourna, me fait comprendre que je dois le sucer de nouveau puis me replaque sur le ventre. Là, il passa progressivement plusieurs doigts dans mon cul, puis je senti son gland, énorme, sur ma rondelle… J’étais super excitée… Il faisait pression avec son gland… Je serrais les dents et d’un coup de rein brutal, il m’enfourna son pieu à fond tout en me tenant les bras, j’hurlais de plaisir. Je n’ai pas le temps de souffler qu’il débute alors un va et vient d’une énergie bestiale, ma chatte est complètement dilatée, il s’amuse à ressortir et rentrer sa bite sans la toucher, je suis complètement à sa merci, ma chatte doit être béante… Il s’assied tout en me prenant la taille et me forçai à m’assoir sur sa bite… Putain je la sentais encore plus dans cette position, et  là, en me tenant par la taille, il me souleva et me fait assoir sur son pieu pendant 10 bonnes minutes. D’un coup, il hurla et je sentis alors sa semence me remplir littéralement la chatte.

Après avoir repris mes esprits, je réajustais mes vêtements et sortis de sa cabine et me redirigea vers les toilettes dans la pénombre. En marchant, je sentais son sperme qui coulait dans ma culotte et que mon trou était bien dilaté.

A peine arrivée au niveau des toilettes, j’entendis une portière claquée et un homme se dirigeait vers moi. Je vais dans les pissotières, et je fais semblant de pisser et sentis l’homme s’approcher et se mettre à côté de moi et faire aussi semblant d’uriner. Ses yeux étaient fixés sur mon clito et les miens sur sa bite.

Il me sourit et me demande : « On va dans les toilettes on sera tranquille ».

Je lui réponds : « Ok »

A l’instant où il ferma le verrou il se tourna et m’embrassa avec fougue. Il se frottait contre moi en me tripotant les fesses sous ma robe.

Il me dit : « Tu me suces »

Je souris et je le caressais avec ma main. Il bandait comme un taureau.

Il continuait en me disant : « Tu es une bonne cochonne »

Excitée, je m’accroupis et desserra la ceinture de cet inconnu et ouvrit sa braguette. Je voyais maintenant son sexe bien dur sous son caleçon, cette vision était magnifique. Je baissais son caleçon et son membre apparut droit comme un pic. Je le tenais dans ma main et déjà il frissonnait de plaisir, une goutte de jus sort du bout tout violet. Je le lèche en le regardant pour l’exciter. Son visage montre très nettement à quel point il est excité ce qui m’excite encore plus. Son sexe était un peu moins long que le sexe du routier de tout à l’heure mais il était bien dur et son gland ruisselait de jus. Je l’introduisis dans ma bouche et frénétiquement je le suçais. Pendant 10 min je léchais ce gland, sa bite et ses couilles en n’arrêtant pas de le masturber fortement. Il me tenait la tête de temps en temps et me baisait la bouche.

Enfin il m’arrêta et me dit : « Doucement ou je vais jouir trop vite »

Il me tourna et commença à frotter son sexe contre mes fesses tout en m’embrassant dans le cou.

Il remonta ma robe et enleva ma culotte toute mouillée d’excitation et de foutre.

Il me dit : « Tu es une belle salope toi ». Ces mots m’excitaient encore plus. Il me demanda de me pencher. Il s’accroupit et sans ménagement il écarta mes fesses et lécha du bout de sa langue mon intimité.

Je gémis de plaisir, un deuxième anulingus, que c’est bon… A présent il essayait de pénétrer sa langue dans ma chatte. C’est alors que quelqu’un frappa à la porte.

Nous stoppions tout bruit quand une voix nous dit : « Laisse-moi entrer je veux participer »

L’homme me regarda d’un air interrogatif.

Je lui dis : « Si tu veux, moi ça ne me dérange pas, au contraire ».

L’homme va près de la porte et l’ouvre. Derrière un gars de type magrébin sourit et dit : « J’ai entendu des gémissements je peux participer ».

L’homme avec moi répond : « Pas de souci on a de l’avance ».

J’étais debout quand le rebeu s’approcha et me tâta les fesses.

Il me dit : « T’as un bon fessier bien large de kahba, c’est la première fois que je te vois ici »

Je sens un de ses doigts rentrer dans mon trou.

Le premier homme dit : « J’étais en train de lui bouffer le cul »

Le deuxième : « Bien, elle va me sucer » en parlant de moi.

Sans attendre je me mis à quatre pattes. Le rebeu descendit son pantalon et me tendit son sexe bronzé et très poilu. Je sens le premier continuer de me préparer. Le plaisir en moi est au sommet. D’un côté une bite plutôt grosse remplit ma bouche de de l’autre une langue experte me lèche la chatte.

Je gémis sans m’en rendre compte et ce qui m’excite encore plus c’est plusieurs hommes.

Je sens maintenant deux doigts me chatouiller. Le premier homme humidifie de sa salive mon trou et fait maintenant aller et venir trois doigts dans ma chatte. Le rebeu lui n’arrête pas de me baiser la bouche en me traitant de salope. Il introduit tellement son sexe dans ma bouche que plusieurs fois je dois le repousser pour ne pas vomir. Le premier homme a mis sa main entière dans ma chatte et fait remarquer au rebeu que mon trou est maintenant bien ouvert. Il retire sa main et la remplace rapidement par sa queue.

Mon plaisir est au maximum, être prise des deux côtés.

Malheureusement il jouit en quelques secondes me laissant sur ma faim. Il s’excuse et se réenfroque en un éclair et sort des toilettes.

Le rebeu dit : « A mon tour ».

Il me retourna et d’un coup sec introduit sa queue. C’était trop bon, je ferme les yeux et me laisse aller au plaisir. Sa queue entre brusquement en moi et progressivement je jouis. Je ne sais plus où je suis et tout mon corps frémit de plaisir. Cela dure une bonne dizaine de minute quand je sens le rebeu accélérer la cadence et sa respiration augmenter. Il se retire d’un coup et me jouis sur les fesses à grand coup de jets. Je suis couverte de sperme chaud et je ne peux m’empêcher de me masturber. Le rebeu se réenfroque.

Il me dit : « Merci » et il partit.

J’étais à présent seule, j’étais debout et mes jambes tremblaient de plaisir. Il me fallut dix bonnes minutes avant de me rhabiller.

Je suis repartie en direction de ma voiture et repris la route… Super soirée à refaire.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

4 Commentaires

  1. Putain de bonne soirée !!!!!!!

  2. Avatar
    Jeanne travestie

    Hmmmmmm ma chérie d’amour des petites soirées de saillies comme celle-là c’est trop bon. Quel plaisir à te lire raconter cette soirée.
    Bisessssssssss sur ta chatte pour boire les foutres qui coulent.

  3. -ça m’est souvent arrivée.
    Erik(a)

  4. Je n’oserai jamais faire ça mais j’adorerai !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*