Notes

    • Les actualités de Waloou – Aout et Septembre 2019

      Après un été très chaud aussi bien sur le plan des températures que sur le plan sexuel, ou un max de queues m'ont bien fourrées, remplies, bourrées la chatte, je me suis sentie chienne en disant OUI à toutes les demandes des mâles alphas qui m'ont fécondées.

      Début septembre je rentre sur Paris et j'ai toujours le cul chaud pour te donner un maximum de plaisir. Je serai sur différents parkings ou en forêt (77, 78, 91, 94).

      Plus d'infos en cliquant ici

Drague nocturne sur un parking d’autoroute

En déplacement dans une ville de province, comme ça m’arrive régulièrement, j’aime en profiter pour faire quelques escapades sexuelles.

Lundi dernier, j’étais dans un état second, excitée folle de désir, j’avais envie d’aller faire la pute sur un parking de routiers.

Après avoir pris une bonne douche dans ma chambre d’hôtel, j’enfilais des bas rose, une culotte rose, une robe moulante noire, mes bottines beiges à talon, une perruque brune bien ajustée et un petit rouge à lèvres. J’étais enfin prête et désirable (surtout très excitée).

Je prenais ainsi la route en direction d’une aire de repos connue de la région comme étant un lieu où il pouvait y avoir de l’action.

Il était 21h00, il commençait à faire nuit, le temps était calme. 4 à 5 camions étaient garés, 1 voiture genre break familial apparemment vide.

Je me garais, éteint mes feux et patientais un instant. Dans le noir vers un talus, j’aperçus une lumière caractéristique d’une cigarette qu’on allume, signe d’une présence.

Je me disais qu’il est temps de descendre, on verra bien ce qu’il s’y passe. Je sortais donc avec mon p’tit sac à main (avec rouge à lèvre en réserve, gel, préservatifs en quantité, et m’avançais vers le talus, en direction du point lumineux. Là se trouvait un gars, debout faisant mine de pisser, je ne le voyais pas très bien car il faisait sombre. Je m’avançais, il remarqua ma présence et se tourna vers moi, la bite à la main. Je lançais la conversation :

Moi : « Bonsoir »

Lui : « Salut, tu veux me sucer ? »

Je ne me faisais pas prier et m’agenouillais à bonne hauteur, le mec doit avoir 40 ans, style père de famille. Je pris son sexe en bouche, il était semi mou, mais avec mes premiers coups de langue je le fis grossir, il atteignait vite une taille honorable, et ma langue se délectait de son argument. Ce monsieur a l’air d’apprécier, il me prit la tête avec ses mains et m’enfonça de plus en plus sa bite, il poussait de petits râles de plaisir.

D’un coup, il me dit : « Je vais juter »

Je le suçais encore plus fort tout en le branlant, il explosa son foutre dans ma bouche, une sacrée dose, il devait avoir les couilles pleines depuis un moment, il poussa un râle de plaisir, moi je pris soin de bien la nettoyer jusqu’à la dernière goutte.

Il remontait son slip rapido et se cassait sans rien dire.

Je suis satisfaite de ma première dose.

Je retournais en direction de ma voiture et m’aperçoit qu’une lumière dans la cabine d’un camion est allumée et la porte à moitié ouverte. Je m’approchais du camion, et je vis un routier en train de se branler, avec un regard qui en disait long sur son envie de sexe. Je m’approchais, il me fit signe de monter ce que je fis sans me faire prier.

On n’a pas échangé un mot. Le routier était jeune, moins de 35 ans avec des origines maghrébines, en tout cas, sa bite dressée était monstrueuse, je dirai un bon 22 cm mais surtout très large, sa main ne pouvait entourer entièrement sa bite. Une fois à ses côtés, il me prit le cou et me dirigea vers sa queue qu’il me força à gober. Elle était énorme, vraiment, son gland me remplissait la bouche et j’ai du mal à sucer ne serait-ce que la moitié de l’engin. Le gars m’a l’air très actif, vicieux et directif. Il me retourna, remonta ma robe, et enleva ma petite culotte. Il m’allongea sur le ventre et commença à me bouffer le cul d’une façon très violente, sa langue est musclée et j’ai l’impression qu’il me pénètre… J’étais aux anges… Il me retourna, me fait comprendre que je dois le sucer de nouveau puis me replaque sur le ventre. Là, il passa progressivement plusieurs doigts dans mon cul, puis je senti son gland, énorme, sur ma rondelle… J’étais super excitée… Il faisait pression avec son gland… Je serrais les dents et d’un coup de rein brutal, il m’enfourna son pieu à fond tout en me tenant les bras, j’hurlais de plaisir. Je n’ai pas le temps de souffler qu’il débute alors un va et vient d’une énergie bestiale, ma chatte est complètement dilatée, il s’amuse à ressortir et rentrer sa bite sans la toucher, je suis complètement à sa merci, ma chatte doit être béante… Il s’assied tout en me prenant la taille et me forçai à m’assoir sur sa bite… Putain je la sentais encore plus dans cette position, et  là, en me tenant par la taille, il me souleva et me fait assoir sur son pieu pendant 10 bonnes minutes. D’un coup, il hurla et je sentis alors sa semence me remplir littéralement la chatte.

Après avoir repris mes esprits, je réajustais mes vêtements et sortis de sa cabine et me redirigea vers les toilettes dans la pénombre. En marchant, je sentais son sperme qui coulait dans ma culotte et que mon trou était bien dilaté.

A peine arrivée au niveau des toilettes, j’entendis une portière claquée et un homme se dirigeait vers moi. Je vais dans les pissotières, et je fais semblant de pisser et sentis l’homme s’approcher et se mettre à côté de moi et faire aussi semblant d’uriner. Ses yeux étaient fixés sur mon clito et les miens sur sa bite.

Il me sourit et me demande : « On va dans les toilettes on sera tranquille ».

Je lui réponds : « Ok »

A l’instant où il ferma le verrou il se tourna et m’embrassa avec fougue. Il se frottait contre moi en me tripotant les fesses sous ma robe.

Il me dit : « Tu me suces »

Je souris et je le caressais avec ma main. Il bandait comme un taureau.

Il continuait en me disant : « Tu es une bonne cochonne »

Excitée, je m’accroupis et desserra la ceinture de cet inconnu et ouvrit sa braguette. Je voyais maintenant son sexe bien dur sous son caleçon, cette vision était magnifique. Je baissais son caleçon et son membre apparut droit comme un pic. Je le tenais dans ma main et déjà il frissonnait de plaisir, une goutte de jus sort du bout tout violet. Je le lèche en le regardant pour l’exciter. Son visage montre très nettement à quel point il est excité ce qui m’excite encore plus. Son sexe était un peu moins long que le sexe du routier de tout à l’heure mais il était bien dur et son gland ruisselait de jus. Je l’introduisis dans ma bouche et frénétiquement je le suçais. Pendant 10 min je léchais ce gland, sa bite et ses couilles en n’arrêtant pas de le masturber fortement. Il me tenait la tête de temps en temps et me baisait la bouche.

Enfin il m’arrêta et me dit : « Doucement ou je vais jouir trop vite »

Il me tourna et commença à frotter son sexe contre mes fesses tout en m’embrassant dans le cou.

Il remonta ma robe et enleva ma culotte toute mouillée d’excitation et de foutre.

Il me dit : « Tu es une belle salope toi ». Ces mots m’excitaient encore plus. Il me demanda de me pencher. Il s’accroupit et sans ménagement il écarta mes fesses et lécha du bout de sa langue mon intimité.

Je gémis de plaisir, un deuxième anulingus, que c’est bon… A présent il essayait de pénétrer sa langue dans ma chatte. C’est alors que quelqu’un frappa à la porte.

Nous stoppions tout bruit quand une voix nous dit : « Laisse-moi entrer je veux participer »

L’homme me regarda d’un air interrogatif.

Je lui dis : « Si tu veux, moi ça ne me dérange pas, au contraire ».

L’homme va près de la porte et l’ouvre. Derrière un gars de type magrébin sourit et dit : « J’ai entendu des gémissements je peux participer ».

L’homme avec moi répond : « Pas de souci on a de l’avance ».

J’étais debout quand le rebeu s’approcha et me tâta les fesses.

Il me dit : « T’as un bon fessier bien large de kahba, c’est la première fois que je te vois ici »

Je sens un de ses doigts rentrer dans mon trou.

Le premier homme dit : « J’étais en train de lui bouffer le cul »

Le deuxième : « Bien, elle va me sucer » en parlant de moi.

Sans attendre je me mis à quatre pattes. Le rebeu descendit son pantalon et me tendit son sexe bronzé et très poilu. Je sens le premier continuer de me préparer. Le plaisir en moi est au sommet. D’un côté une bite plutôt grosse remplit ma bouche de de l’autre une langue experte me lèche la chatte.

Je gémis sans m’en rendre compte et ce qui m’excite encore plus c’est plusieurs hommes.

Je sens maintenant deux doigts me chatouiller. Le premier homme humidifie de sa salive mon trou et fait maintenant aller et venir trois doigts dans ma chatte. Le rebeu lui n’arrête pas de me baiser la bouche en me traitant de salope. Il introduit tellement son sexe dans ma bouche que plusieurs fois je dois le repousser pour ne pas vomir. Le premier homme a mis sa main entière dans ma chatte et fait remarquer au rebeu que mon trou est maintenant bien ouvert. Il retire sa main et la remplace rapidement par sa queue.

Mon plaisir est au maximum, être prise des deux côtés.

Malheureusement il jouit en quelques secondes me laissant sur ma faim. Il s’excuse et se réenfroque en un éclair et sort des toilettes.

Le rebeu dit : « A mon tour ».

Il me retourna et d’un coup sec introduit sa queue. C’était trop bon, je ferme les yeux et me laisse aller au plaisir. Sa queue entre brusquement en moi et progressivement je jouis. Je ne sais plus où je suis et tout mon corps frémit de plaisir. Cela dure une bonne dizaine de minute quand je sens le rebeu accélérer la cadence et sa respiration augmenter. Il se retire d’un coup et me jouis sur les fesses à grand coup de jets. Je suis couverte de sperme chaud et je ne peux m’empêcher de me masturber. Le rebeu se réenfroque.

Il me dit : « Merci » et il partit.

J’étais à présent seule, j’étais debout et mes jambes tremblaient de plaisir. Il me fallut dix bonnes minutes avant de me rhabiller.

Je suis repartie en direction de ma voiture et repris la route… Super soirée à refaire.

Exhibée et remplie au bois

Un soir d’automne, le thermomètre indique encore 25 degrés dehors. D’ailleurs je suis aussi chaude que de la braise car j’ai 5 jours d’abstinence et j’ai une grosse envie de me faire remplir sur un lieu exhib. C’est ce qui m’excite le plus.

J’arrive dans un bois connu pour les plans baise dans le 77, il est environ 21 heures.

Je décide de faire ma pute ; perruque courte, un léger maquillage, un top moulant une mini-jupe et des escarpins à plateforme. Rien d’autre, ni culotte, ni bas et porte jarretelles.

Une fois la voiture garée sur le parking, j’ôte mon plug anal qui m’a bien dilatée pendant le trajet. Ma chatte avait tellement faim que je suis partie avec ce plug en place. Mon clito mouille déjà bien.

J’aperçois du monde, ça bouge beaucoup dans le bois, du jeune minet au vieux vicelard. Du monde passe à coté de ma portière, hummm j’adore …

Je sors de la voiture et je me dirige vers le bois. La nuit vient de tomber et quelques phares éclairent mon passage. Tout le monde m’aperçoit, même ceux qui restent dans les voitures à attendre.

J’entends des portes de voiture claquer. Je souris et continue à marcher en direction du bois. Il fait de plus en plus noir, mais j’aperçois grâce à la lune une dizaine d’ombres. Je m’arrête appuyée contre un arbre, la croupe bien en évidence, les jambes bien écartées et la jupe relevée… J’annonce la couleur, ma chatte est offerte à tous les inconnus, sans voir qui va me baiser.

Je sens des mains se poser sur moi, des odeurs, de la transpiration, des boucles métalliques de ceinture se défaire, des mains qui branlent… Putain, ça s’excite grave derrière moi. Un moment j’entends « Elle a faim cette pute !!! », j’adore, ça m’excite.

J’entends des pas, à droite à gauche… En moins d’une minute un gland qui a l’air énorme se présente à l’entrée de ma chatte. Il mouille du gland, il est chaud et impatient, et en quelques secondes, le mec enfonce la totalité de sa queue d’un coup dans ma chatte lubrifiée. Je gémis et lui aussi. Il dit « T’aimes ça, sale pute !!! » en réponse je gémis encore.


Le cul foutré de la lope Waloou
Je kiffe me faire baiser devant tout le monde dans les bois. J’ai super chaud, je transpire. Il me bourre de plus en plus vite, il respire de plus en plus fort et ça attire du monde. En quelques minutes il se contracte et m’inonde bien profond de tout son foutre. Il gémit assez fort, j’adore. Plusieurs jets. Puis Il se retire et je sens un vide se creuser en moi.

Je ne bouge pas et une autre queue prend la place encore toute chaude. Le mec avait dû se préparer pendant que l’autre me défonçait. Il entre facilement et sa queue est plus fine mais je m’en fou.
Il me lime bien, la chatte lubrifiée par le sperme du premier. Je suis en pleine extase je ferme les yeux. Lui aussi se contracte et me remplit… Il sort sa queue et se casse.

Un portable éclaire ma chatte, je contracte mes sphincters et pousse un peu pour expulser et, du foutre sort de ma chatte. Ça coule le long d’une de mes jambes… Ça m’excite encore plus et également les voyeurs branleurs autour de moi.

J’en veux encore… J’attends et en moins d’une minute un autre mec arrive… Je sens un truc fin et chaud me pénétrer, puis ça ressort et ça rentre… Hummm, c’est des doigts. Il se colle à moi et me fais bouffer ses doigts pleins de foutre. Je vois un rebeu de 25, 30 ans. Hummm, je bouffe ses doigts, je les nettoie, je les pompe, je joue avec ma langue. Il ne dit rien. Il retire ses doigts et j’entends comme un short glisser sur des jambes. Je me cambre. Du jus sort encore de ma chatte. Le mec respire fort, il est assez tactile et ses mains prennent mes hanches et restent dessus. Son gland se glisse entre mes fesses. J’espère qu’il n’a pas mis de capote, je veux qu’il m’engrosse. Son gland à l’air énorme, mais je ne suis pas inquiète. Il entre comme dans du beurre… Je lui dit « Baise-moi !!! » il enfonce alors son gros pieu. Il commence alors à me baiser en me tenant les hanches ; un amour. Il y va doucement puis plus rapidement… J’ai très chaud, des gouttes de sueur tombent de mon front. J’ai envie qu’il me pilonne toute la nuit. Il continue pendant plusieurs minutes ses mouvements, on gémit assez fort et de plus en plus en symbiose. Comme les autres mecs il se contracte et envoi sa semence dans ma chatte, je cambre encore plus mon fessier et il continue de me saucer.

Il attend un peu et plaque sa tête contre mon dos, comme épuisé. Il reste en moi… J’ai chaud j’ai envie de le consoler… Il relève sa tête et retire son membre… du sperme à outrance sort de moi et coule le long de mes jambes, ça fait presque un appel d’air. Il enlève ses mains je les regarde et plus rien. Il s’en va, j’hésite à me retourner… me retourne et aperçoit une silhouette de bogoss s’éloigner. J’aperçois alors en même temps 5 mecs derrière moi.

Je me cambre à nouveau… le suivant s’est juste branlé et a envoyé tout son foutre sur mes fesses. Je me suis alors redressé, retourné et d’autres étaient là.

Je me mets à genoux… Un minet blanc d’une vingtaine d’années très fin un peu racaille me présente sa grosse bite. Je la gobe directe elle pue grave, mais j’adore. Il dit « T’es un gros sac à foutre, toi » il mouillait énormément ça devait faire un moment qu’il matait… Je gémis et du sperme s’écoule doucement de ma chatte. Il enfonce alors sa queue au fond de ma gorge, se contracte et envoie une sauce bien épaisse… j’avale tout et en redemande. Il se retire et se casse.

Le mec suivant me présente sa queue et m’inonde d’une superbe faciale. Après il me dit « J’ai envie de pisser, est ce que tu bois la pisse ». En guise de réponse toujours à genoux j’ouvre en grand ma bouche face à lui. Il se met à m’asperger le visage et la bouche, me rinçant de son foutre qu’il m’avait aspergé en faciale. Je bois tout ce que je peux pendant qu’il vide sa vessie. Il se réenfroque et se casse.

J’ai attendu quelques instants mais les autres avaient déjà dû se vider en matant ce spectacle.

Je me relève et réajuste ma jupe et ma perruque et marche en direction du parking.

En passant devant les voitures garées, un mec d’une cinquantaine d’années sort de sa voiture et m’arrête. Il a une grosse bosse dans son short. Il me dit qu’il veut me baiser là, direct entre deux voitures. Je me penche sur sa voiture, croupe à l’air. Il entre facilement et éjacule direct. J’aime aussi… il se retire et retourne dans sa voiture.

Je me dirige vers ma voiture au bout du parking, le trop plein de foutre coule le long de mes jambes. Pendant le trajet du retour je sens du sperme couler sur mon siège en cuir, et c’est une agréable sensation que de se trémousser les fesses dans tout ce jus.

Un moment très chaud sur une plage naturiste

Cet été je suis allé régulièrement sur une plage naturiste. A chaque fois, j’y ai passé des moments chauds, mais cette fois l’après-midi allait être « hot ». Tout a commencé en m’installant à côté d’un homme allongé qui était en train de se masturber en regardant un couple homo se faire des gâteries un peu plus loin sur la plage.

Rapidement ma main est venue remplacer la sienne en un mouvement de va et vient sur toute la longueur de sa queue. Après ma bouche est venue se substituer à ma main dans la quête du plaisir à donner à mon hôte. Pendant ce temps un homme accompagné de son chien est venu s’allonger devant nous. Lorsque j’ai levé la tête pour embrasser mon hôte, j’ai remarqué cet homme et son chien. Il était très bien pourvu par la nature et il était en train de sa masturber en nous regardant. J’ai laissé son excitation monter en alternant les caresses et les positions avec mon hôte afin qu’il remarque que je suis une bonne lope et qu’il puisse aussi apercevoir mes grosses fesses lisses et ma fente bien ouverte.

Il bandait déjà très fort et me fit un signe de la tête pour m’inviter à le sucer. Je laissais mon hôte pour me mettre à quatre pattes devant lui et le sucer goulument. Son chien était excité de me voir sucer son maître et se mit à tourner autour de moi en me reniflant le cul. Le chien se mit aussi à me lécher le cul et c’était loin d’être désagréable, au contraire ça m’excitait de plus belle. Le chien essayait aussi de me saillir mais sans y parvenir. Je sais de par mes expériences zoo qu’il faut aider un chien pour que son sexe puisse pénétrer un humain en position de levrette. Néanmoins, j’étais très excité et je gémissais doucement tout en continuant de sucer son maître.

Pendant que cette scène se déroulait devant le premier homme que j’ai sucé, un autre homme est arrivé. Ces deux hommes nous mataient debout la queue à la main. Le maitre du chien qui voyait sans cesse son chien me lécher le cul, me retourna et enfonça sa queue directement au plus profond de mes entrailles. Je me faisais prendre comme une chienne en levrette. Il me limait à fond. « Humm, que j’aime cette queue. » Il était en train de me baiser sans ménagement en me tenant par les hanches. Les 2 hommes qui se masturbaient sont venus présenter leur queue devant mon visage. Ils se sont vidés presque en même temps en une magnifique éjac faciale. Quelques temps plus tard, le maître du chien s’est vidé de tout son jus en inondant mon rectum de plusieurs giclées de sperme signalées par des râles assez bruyants.

Je restais un moment allongé sur le ventre, le visage et le cul maculés de sperme. D’autres voyeurs que je n’avais pas encore vus se sont installés près de moi, ayant bien vu que j’étais une bonne lope. L’un d’eux me caressait les fesses et y insérait un ou deux doigts. Il les ressortait et léchait le sperme qui était dessus. Je le laissais faire, je restais passif tout en écartant encore plus les cuisses pour lui faciliter l’accès à ma fente. Il continuait son exploration avec quatre doigts, puis y insérait sa main toute entière. Il y faisait quelques va et vient tout en se masturbant avec son autre main. Je sentais son excitation monter à la vitesse qu’il allait dans mon cul. A un moment il sortit rapidement sa main de mon cul et je sentis des giclées de sperme s’écraser sur ma fente. Il partit en me disant « Merci ». Et dire que je n’ai même pas vu son visage, mais peu importe, c’était un moment d’échange de plaisirs.

Pute aux toilettes d’une aire d’autoroute

Suite à une de mes petites annonces, un maitre m’a contacté pour me faire tourner sur un parking à routiers.

Le jour venu, en attendant mon maitre, je me suis maquillée juste ce qu’il faut et je me suis vêtue d’une mini-jupe rose qui laissait apparaitre mes fesses et mon porte jarretelle, un soutien-gorge sous un top, des bas et mes escarpins.

17h, mon maitre arriva à l’heure à la maison, je lui ouvris la porte et le fit entrer. Il me dit qu’il faut qu’il teste la pute avant de partir afin d’être certain qu’elle sera à la hauteur.

Il s’approcha alors face à moi et sans un mot souleva mon top au-dessus de mes seins, pendant que son autre main vint à la rencontre de mon entrejambe. Rapidement, ses doigts se glissèrent sous mon string et il extirpa mon clito et mes couilles en les malaxant.

Il baissa son jogging et m’apparut une grosse bite très sombre, presque noire au gland marron foncé, circoncise et très nervurée. D’un coup violent, il me retourna et je sentis son gland pousser sur ma rondelle. Il me pénétra violemment en commença immédiatement à me limer en me traitant de pute. Ma chatte s’ouvra un peu plus à chaque coup de bite. Il était très excité, mais très endurant et me défonça la chatte de plus en plus fort, motivé par mes gémissements et mes invitations à défoncer sa petite salope. Je sentis de longs jets chauds envahir mon bas ventre. Il se retira et me présenta sa bite ruisselante de foutre et m’ordonna de la nettoyer. Je sentis son sperme couler de ma chatte sur mon string et la sensation de cette ficelle humide sur ma chatte commença à m’exciter.

Puis, nous voilà partis en voiture en direction d’une aire de repos ou des camions s’arrêtent pour passer la nuit.

Plus nous approchons de l’aire de repos, plus j’étais excitée. Mon maitre m’ayant déjà bien excité quand il est venu me chercher, il n’a pas mis longtemps pour remarquer que j’étais une pute accroc à la bite.

Puis, nous voilà arrivés sur l’aire de repos.

Mon maître m’ordonna de le suivre. Chaussée d’escarpins, le son de mes pas résonnant sur le bitume cadence le balancement de mon cul. J’aime sentir le vent s’engouffrer sous ma jupe et venir caresser mes fesses que seul mon string tout humide protège.

Mon maitre se dirigea vers l’entrée des toilettes hommes et me fit entrer. Il m’ordonna de me mettre à quatre pattes dos à la porte et me présenta sa bite déjà bien raide que je pris goulument en bouche. Tout à l’heure avant de partir, je n’ai même pas eu le plaisir de la sucer. Après quelques minutes dans cette position, j’entendis la porte s’ouvrir. Un jeune routier entra et remarqua immédiatement mon gros cul de salope. Invité par mon maitre je l’entendis ouvrir sa braguette puis écarter la ficelle de mon string et sans dire un mot, il présenta son gland sur ma rondelle.

Au moment où sa bite s’enfonça dans ma chatte la porte s’ouvrit à nouveau et deux hommes d’âge mûr entrèrent. Ils ne tardèrent pas à sortir leur bite et de me les présenter pour une bonne pipe.

Mon maitre quant à lui s’était mis de côté pour admirer le spectacle.

Le jeune me pilonnait la chatte et sa bite de bon diamètre m’arrachait des cris étouffés par celle qui se trouvait dans ma bouche.

Pendant que je léchais consciencieusement un gland, l’homme murmurait des « Allez suces bien salope, hummmm, c’est bon, suces aussi mes couilles » et aussi « t’es une bonne pute, bouffeuse de bites ».

L’homme derrière moi ne tarda pas à inonder ma chatte de son sperme. Il se retira et invita les deux autres à venir baiser la petite salope, ce que l’un d’eux s’empressa de faire. Il me prit sans ménagement et m’encula bien profondément. Pendant ce temps d’autres hommes entrèrent, certainement invités par le jeune routier. Je me retrouvai encerclée de bites.

Quand je sens du sperme chaud me couler sur le visage, je prends immédiatement cette bite dans ma bouche pour gouter son nectar.

Au même moment, je sentis des jets de sperme envahir à nouveau ma chatte. Puis je ressenti qu’une bite nettement plus grosse que les précédentes, tenta de me pénétrer. Le plaisir m’envahit et au fur et à mesure que cette bite s’enfonça dans ma chatte, mes cris augmentaient. Puis il commença à me limer. Il enfonça sa bite bien au fond de ma chatte en me traitant de chienne alors qu’un autre déchargea une grosse quantité de foutre sur mon visage. Je ne savais plus combien ils étaient, ils défilaient chacun leur tour devant moi et derrière moi et déchargeaient aléatoirement dans ma chatte ou sur mon visage.

Après un long moment le dernier d’entre eux finit son affaire dans ma chatte, me donna à nettoyer sa bite et sortit en se satisfaisant d’avoir enculé une bonne chienne.

Il était tard, mon maitre me ramenait à la maison, je sentais fort le sperme, je sentais le jus couler de mon trou sur la ficelle de mon string, je suis épuisée et totalement satisfaite et dilatée.

Baisée par des inconnus dans un sous-bois

C’est par une chaude soirée d’été, quand le temps le permet, que j’ai souvent envie de me faire baiser par des inconnus.

Avant de sortir, je me suis habillée en pute BCBG, escarpins à plateforme, des bas, un string dentelle, une petite jupe et un top sur un soutien-gorge.

Je prends la voiture et prends la direction de ce lieu de drague assez connu en Seine et Marne (entre la D21 et la D10, pour le situer).

J’arrive vers le parking, je ralentis, je vois une vingtaine de voitures arrêtées.

Je me gare, j’ajuste ma tenue, prends mon sac et descend de la voiture. Je traverse la route du parking, je marche le long de la route pour bien me montrer et j’emprunte un chemin en sous-bois et je m’y enfonce lentement.

Des gars tournent dans les chemins du sous-bois ; normal vu le nombre de voitures.

Je m’enfonce un peu plus dans le sous-bois, la luminosité diminue doucement, et rapidement, plusieurs hommes me suivent. Je sais que les regards sont fixés sur mes fesses.

Mon petit cul mouille déjà et « mange » la ficelle de mon string.

Lorsque j’ai trouvé ma place, c’est un arbre et je me penche en étant appuyée contre lui. Je remonte légèrement ma jupe sur mes cuisses pour montrer clairement mes envies aux mâles.

Un homme passe derrière moi et pose sa main sur mes fesses, remonte au-dessus de mes bas, passe sa main entre mes cuisses sous la dentelle de mon string pour caresser mon clito resté flasque.

C’est fou comme les mecs aiment les trav si elles sont féminines et salopes.

Sa main remonte jusqu’à mon soutien-gorge, il se fraye un passage en dessous pour caresser mes seins avec fougue. Il m’embrasse dans le cou et je palpe sa bite à travers sa braguette. Il bande déjà bien. Il va certainement me décharger une bonne quantité de foutre. J’ouvre son pantalon et je sors sa queue. Elle sent bon, de bonne taille sans être exagérée et je n’ai qu’une envie la prendre en bouche. Je le branle doucement.

– « Elle est bonne ta grosse queue… je vais la sucer, la bouffer à fond… Je vais boire ta liqueur de bite, avaler tout ton foutre… J’aôôôôre ça… toi aussi tu vas adorer ma bouche de pute ».

Sur ces bonnes paroles, je me penche sur sa bite bien dressée et lisse. J’aime les mecs épilés. Je le flatte avec ma langue puis je le lèche comme un esquimau. Je titille son gland. Enfin je l’avale jusqu’au fond de ma gorge et bute contre son pubis. Je ne bouge plus les lèvres, je me contente de l’aspirer.
Il apprécie en gémissant. Il tripote mon petit trou et comme avant chaque sortie je le prépare bien, il y enfonce deux doigts sans difficulté. Il me branle le cul pendant que je le pompe avec vigueur. Je remonte le long de sa hampe puis je replonge avec avidité. Je palpe ses bourses pleines. Il tressaille, il ne tiendra pas longtemps. Un soubresaut et il décharge une longue giclée de sperme au fond de ma gorge. Il y en a trop et je n’arrive pas à tout avaler, son foutre coule sur mon menton. Je fais sa toilette, il m’en a mis partout. J’ai encore très envie et je voudrais même qu’il prenne mon petit trou. Mais le monsieur n’est pas de cet avis… il s’enfuit la queue entre les jambes.

Un autre gars s’approche de moi et me dit :

– « Il t’a bien arrosé avec son foutre ? »

– « Ouiiiii … »

Il soulève directement ma jupe découvrant mes fesses. Il les caresse, les palpes puis me donne quelques fessées assez appuyées.

J’adore !!!

– « Oh Ouiiiii … »

– « Ouvre-toi bien que je t’encule ».

Demandé si gentiment je me fais un plaisir de m’exécuter. Le monsieur est trop gentil… il écarte mon string et plonge sans ménagement deux doigts, puis trois, puis quatre dans mon fondement. Je fais un bond en avant.

– « T’aime ça ma salope… t‘es venu chercher de la queue… du jus de mâle !! »

– « Oh ouiiiiii… je veux que tu me la mettes dans le cul… que tu me défonce !! »

Il se libère et je sens son sexe contre mes fesses. Il retire ses doigts, je reste ouverte, mon anus palpite. Il butte contre mon œillet, il est gros. Son gland rentre sans difficulté, il m’écarte, je me mords les lèvres pour ne pas crier de plaisir. Une violente poussée et il est entièrement en moi. Il me donne des coups violents. On ne peut pas dire que monsieur donne dans la douceur. Il claque mes fesses tout en me besognant. Je commence à gémir de plaisir. C’est moi qui vais à la rencontre de ses coups de boutoirs. Il me rend folle et s’en rend compte.

– « Ça te fais du bien ma salope… c’est bon de se faire enculer comme une pute… T’aime ça te faire défoncer le cul ».

– « Ouiiiii… ouiiiiii … Vas-y fort, bourre moi l’anus… j’suis une vraie chienne qui veut se faire monter… »

– « Tu vas en prendre plein les fesses de mon jus… »

– « Oui, oui vas-y rempli moi de ton foutre !!! »

– « J’aime les salopes comme toi… branle toi la queue en même temps !!! »

– « Non je veux jouir par le cul avec ta grosse queue qui me défonce ».

– « Oh c’est bon… je vais jouir… je vais cracher mon foutre dans ton gros cul de chienne ».

– « Ouiiiiiiiii… Ouiiiiiiii… moi aussi je viens… c’est fort… vide toi les couilles !!! »

Je pars dans un orgasme délirant. Le monsieur me donne un dernier coup de queue et je le sens se vider et me remplir le cul. Il reste en moi, il est encore gros. Quand il se retire je le sens de nouveau passer… quelle bite. Je reste accoudé à l’arbre tellement je suis comblée. Le monsieur n’est pas plus correct. Sans un mot il remballe tout et s’en va sans même un merci. Je sens mon anus ouvert, et son jus couler sur mes bas.

Des hommes se branlent autour de moi.

Là je commence par en tripoter un, une superbe queue que je prends en bouche.

– « Suce aussi les deux mecs autour de nous »

Ce que je fais sans me faire prier. D’autres hommes étaient là car je sens des mains me tripoter avec plaisir ce qui me rend encore plus chienne et gourmande. Certains jouissent très vite sur moi et d’autres rapprochent leurs queues pour se faire pomper. Je sens des doigts proches de mon cul puis dans mon cul, deux, puis trois, et très vite ce fut une main qui me fiste. Des hommes que je suce goulument crachent dans ma bouche et sur mon visage. D’autres m’insultent, puis je sens un liquide chaud me couler dessus. Un des hommes me pisse dessus, suivi d’un autre, pendant que la main que j’ai dans le cul vient d’être remplacée par une bite que j’apprécie. L’homme sait y faire avec les putes comme moi, et je ne veux pas que cela s’arrête !

Bientôt sa bite crache sa semence en moi et un autre pris rapidement la place ce qui me rend encore plus salope. Je suis recouverte de foutre et de pisse que je sens couler sur mon corps et entre mes cuisses. Lorsque tous ces hommes se sont vidés, je suis repartie vers ma voiture et je suis rentrée rassasiée jusqu’à ma prochaine sortie.

Je fais la pute au bois

Lorsque je vais passer la soirée dans un bois chercher des aventures avec des inconnus, c’est habillé en pute que les mecs me découvrent.

En général il ne se passe que très peu de temps avant qu’un, deux ou trois inconnus s’approchent pour venir prendre du plaisir. J’aime les mecs qui s’approchent et participent à me caresser pendant que suis occupée à sucer. Quand ils m’écartent le cul, ils aperçoivent une chatte bien ouverte et c’est des mots vulgaires qui rompent le silence.

« Quelle chatte de pute tu as, tu as dû en prendre des queues ma salope ! »

Ou alors,

« Allez, écarte bien ton cul de pute, et suce les mecs pendant que je te défonce ta chatte de lope ».

Et évidement en bonne chienne je m’exécute sans broncher et dis oui à tous, pour tous leurs désirs.

Ce soir-là, deux mecs la bite à la main se présentent devant ma bouche. Je me mets à les sucer. J’alterne entre les deux bites, au moment où je suce le premier l’autre se penche pour me doigter la chatte. Je lui tends ma croupe, direct, afin de lui faire comprendre que je suis aussi disposée à me faire baiser. J’ai de la chance, le mec ma l’air d’être un bon actif car il me travaille le cul de ses doigts avant de me prendre par les hanches et de m’enfoncer sa queue dans la chatte.

Il commence ses va et viens, il y va doucement et le plaisir qu’il me procure est intense.

« Ça va, c’est bon ? » me demande-t-il

« Oui…, vas-y continue »

C’est tellement bon que je commence à pousser de petits gémissements.

D’autres mecs m’entendent et d’un coup plusieurs bites se présentent devant ma bouche, je les suce à tour de rôle tout en me faisant baiser.

Le mec qui me baise accélère ses vas et viens, je commence à couiner comme une chienne.

« T’aime ça p’tite lope ? » me dit-il

« Mmmm, oui, c’est bon !!! »

D’autres inconnus viennent autour de nous, me regardent me faire piner comme une chienne. Je me fais caresser le dos, certains me prennent par la tête pour que je suce leur queue, il y en a même un qui me largue tout son foutre dans la bouche que j’avale et me dis avant de s’éloigner :

« T’es une bonne pute toi… »

La jouissance du mec qui me baise commence à venir car il accélère de plus en plus ses mouvements et envoie toute sa semence en plusieurs giclées tout au fond de ma chatte. Il se retire et me donne une gentille petite claque sur le cul avant de repartir. Un mec que j’étais en train de sucer prend la peine de mettre une kpote et s’enfonce dans mon cul bien lubrifié de foutre, là encore je me conduis comme une petite pute en haletant comme une chienne en chaleur. Visiblement très excité il ne tarde pas à jouir en retirant sa kpote et me largue de longs jets de sperme sur la fente.

Ce soir-là, je ne sais pas combien il y a de mecs autour de moi mais la seule chose que je peux dire c’est que les bites s’enchainent dans ma bouche et dans ma chatte. Il y en a même un qui après m’avoir fisté délicieusement, me remplis la chatte de pisse.

En fin de soirée, en marchant vers la voiture, mes bas étaient maculés d’un mélange de foutre et de pisse qui dégoulinait de ma chatte.

Baise dans les chiottes de l’hôpital

Suite à une annonce passée sur un site de cul, je reçois un email d’un homme me demandant mes disponibilités. Je lui réponds que je suis disponible généralement en fin d’après-midi après mon travail, ou bien en soirée ou bien certains week-ends.

waloou_001Il me répond, qu’il peut se libérer en matinée le dimanche et me fixe un rendez-vous dans le parc d’un hôpital parisien. J’ai trouvé le lieu un peu spécial, mais comme je suis assez exhib, certains lieux publics m’excitent énormément. De plus cet homme me parait être assez directifs et ce n’est pas pour me déplaire, au contraire.

Le dimanche matin, j’arrive au point de rendez-vous, il est là.

C’est un homme la petite quarantaine bien bâti, en blouse blanche. Après quelques échanges il m’invite à le suivre. Nous traversons quelques allées, divers couloirs, jusqu’à arriver sur une salle d’attente vide. De cette salle, un dernier couloir nous mène à deux toilettes. Il me dit d’aller dans celle de fond et l’homme me suit. Il ferme le loquet de la porte derrière nous, j’observe le lieu, c’est une toilette assez grande avec un petit lave-main contre le mur.

L’homme ôte sa blouse et baisse son pantalon. Ouah !! Sa bite est énorme, il bande déjà bien dur. Il m’ordonne de me déshabiller et de ne garder que mon string rose, ce que je m’empresse de faire rapidement tout en matant cette belle bite qui allait me défoncer le cul.

Je me penche sur cette longue et grosse bite super raide avec des couilles bien pendantes que je malaxe, l’homme me met directement un doigt dans le cul. Je me penche en avant pour lui faciliter le passage, puis un deuxième doigt et un troisième doigt viennent accompagner le premier doigt au fond de mon cul. Il écarte les doigts pour parfaire le passage ; entre nous mon cul se dilate assez bien et il n’a aucune difficulté pour s’introduire de se coté là.

waloou_002Je suce sa bite en faisant tourner ma langue autour de son gland épais, titille le méat. Je tète à fond sa bite qui tape dans ma luette en fond de gorge. Je sens qu’il apprécie cette pipe car ses doigts font des va-et-vient de plus en plus rapide dans mon trou.

D’un coup, il me dit « Tu m’as bien excité, j’ai envie de te la mettre dans le cul ». Je me retourne et me met en levrette sur le couvercle baissé des chiottes. Il enfonce sa bite d’un coup sec bien au fond de mon cul, déjà bien mouillé après la fouille de mon rectum. L’homme se met à me baiser sans ménagement en me tenant par les hanches jusqu’au moment où je sens plusieurs contractions qui signalent les giclées de sperme qui inondent mon rectum.

L’homme sort sa bite luisante et la vue du sperme chaud qui dégouline de mon trou vers mes couilles l’excite toujours autant. Je sens ses doigts s’introduire entre mes fesses et forcer un peu le passage de mes sphincters. Ça y est sa main est avalée entièrement par mon cul. Je suis en transe, le mélange de mouille avec son sperme graisse parfaitement mon trou et l’homme se met à me fister allégrement pendant encore un moment.

Après il me fait lécher sa main et relève son pantalon. Il sort des toilettes pendant que je me  rhabille. Après être sorti à mon tour, en marchant en direction de la cafétéria de l’hôpital pour aller me rafraichir, mon cul endolori me rappelle ce que je viens de vivre.

Gang bang dans un sex-shop

Je veux vous faire part de ma dernière expérience de pluralité masculine. Elle se passe dans un sex-shop de la capitale où je m’offre en lope soumise et docile à des inconnus. C’est un sex-shop connu par son esprit d’ouverture pas très loin d’une tour. Le soir venu, sur les coups de 18h, je me présente à l’entrée, passe un « bonjour » au patron, très sympa d’ailleurs, je file au fond de la pièce et m’engage dans l’escalier en colimaçon qui descend au sous-sol. A droite, il y a deux cabines assez spacieuses (3 places) et un WC, à gauche un couloir et des cabines des deux côtés. C’est une heure de grande affluence, beaucoup de parisiens passent par-là après le travail. J’entre dans une cabine libre (j’ai dû attendre 10 minutes), allume la lumière et ferme le loquet de la porte derrière moi.

J’enlève mes vêtements de mecs pour ne plus porter que les dessous préalablement enfilés : un soutien-gorge noir seins nus, un porte jarretelle noir avec des bas résilles, un string rose fluo, une minijupe en vinyle noire. Je complète ma tenue en ajustant ma perruque brune, j’enfile mes escarpins noirs et un coup de rouge à lèvre pour apporter la touche finale. Me voilà travestie soumise et sexy. Je range mes vêtements de mec dans mon sac à dos.

Les fesses de la lope Waloou

Déjà toute excitée par l’ambiance, je mets ma carte pour visualiser un film de travestis, éteint la lumière, et entrouvre légèrement la porte de la cabine. Le couloir est éclairé, du monde passe et je sais que rapidement des mecs vont jeter un œil à l’intérieur de la cabine. Je m’assieds dans le fauteuil devant l’écran de télévision et patiente en matant le film.

Des mecs passent, jettent un regard à l’intérieur de la cabine… Un premier candidat, la cinquantaine, passe plusieurs fois. Je lui fais signe d’entrer, ce qu’il fait rapidement. Il baisse sa braguette, sort sa queue qui bande déjà fort et me la présente à sucer. Je m’exécute, je suis là pour ça, et commence à le pomper en restant assise dans le fauteuil. J’aperçois du coin de l’œil un deuxième candidat, la quarantaine un peu ventru. Je me lève pour lui donner un accès plus facile à ma personne. Il me caresse les fesses après avoir remonté ma jupe. Je me laisse faire car je suis trop occupé à sucer le premier. Je sens que l’homme derrière moi à envie de me baiser, du coup je vais aussi le prendre en bouche pour l’exciter. J’alterne entre la queue du premier et la queue du second que j’engouffre à pleine bouche. Je lui mets une capote et le laisse retourner derrière moi pendant que je reprends le premier en bouche, qui ne tardera pas à cracher tout son jus au fond de ma gorge au rythme des va et vient entre mes fesses du second. Son ventre martèlera mes fesses de plus en plus rapidement jusqu’à l’explosion. Il a dû me limer 5 minutes avant de tout cracher son jus dans la capote. Des voyeurs sont là sur le pas de la porte, la bite à la main, et dès qu’une place se libère, je me retrouve rapidement avec une bite dans la bouche, des doigts qui me fouillent le cul ou des mains qui me claquent les fesses avec plus ou moins de douceur.

Je suis de plus en plus excitée et je me retrouve assez rapidement avec trois queues différentes à sucer. Ma bouche est occupée à 100%, j’adore ça, quel plaisir d’avoir plusieurs hommes, sentir les mains me caresser sur tout le corps. L’un des trois que je suce me donne du poppers, il en sniffe aussi, puis met une capote et se positionne derrière moi pour me baiser, je mouille du cul tellement je suis excitée. Je suis d’ailleurs toute trempée, il commence à faire très chaud dans cette cabine. Les deux hommes que je suce finissent par gicler sur mon visage. Pendant ce temps l’homme de derrière me baise toujours, il a très chaud à force de me pilonner, et il décide de changer de position. Il s’assoit sur le fauteuil et moi je viens m’empaler sur sa queue, et je rythme les va et viens. J’ai chaud, j’ai du sperme qui dégouline de mon visage, j’essaie d’en avaler une goutte au passage. Nous resterons encore comme ça un quart d’heure avant qu’un râle assez fort de mon amant m’informe qu’il jouit. Je resserre mes sphincters pour qu’il se vide bien à fond. Il reprend ses esprits, « au revoir et merci » et s’en va. Je m’essuie le visage et me rafraichit un peu.

Dans l’heure qui suit, je suce encore trois autres hommes dont un qui m’a fisté en douceur. D’ailleurs si tu te reconnais j’aimerais bien recommencer cette séance de fisting.

J’ai hâte de recommencer cette expérience que je conseille à toutes les lopes travesties comme moi.

Baise sur un parking

Ce soir-là, je roule, il est environ 20h, il fait doux et j’ai envie d’une bonne bite à me mettre sur la langue ou dans le cul. Comme je ne passe pas loin d’un lieu de drague que je connais, je décide de faire un détour pour m’y rendre, et peut être… trouver ce que je recherche. Je prends le chemin qui m’emmène au parking, et en approchant, je remarque qu’il y a pas mal de voitures déjà garées.

Je me dis, « Chouette, c’est bien parti !! ».

Je descends de voiture et entre dans le bois.

Une nana, la cinquantaine, sur une table en bois en train de se faire baiser pendant qu’elle suce un autre mec. Le mec qui la baise avec fougue m’a l’air pas mal monté, et je m’imagine déjà à la place de la fille.

Plusieurs mecs aux alentours, se masturbent en matant ce spectacle. Le mec en train de se faire sucer doit être son compagnon ou maître car il souhaite que d’autres mecs viennent aussi participer et mettre leurs queues dans la bouche de la fille.

Par expérience je sais que sur ces lieux de drague, il y a une majorité de voyeurs…

En attendant, je me mets avec eux, j’ôte mon short et me branle doucement.

« Putain, j’ai grave envie de me faire prendre le cul. »

Vous imaginez la scène; un mec baise à fond une nana, elle couine, sa bouche suce à tour de rôle deux à trois autres queues… des mecs matent en se masturbant, et moi je vois des queues raides autour sans pouvoir y gouter.

« Mon excitation monte, j’ai grave envie … »

Au bout d’un moment, le mec sort du cul de la « pute » et jouis. Les mecs dans la bouche font la même chose, les voyeurs rangent leur queue et foutent le camp.

Je me dis que c’est le moment d’agir; Mon short étant déjà ôté, je me penche en avant sur un arbre, le cul tendu entre-ouvert et moite. Je me dis qu’il y a bien un mec qui aura envie, après avoir vu cette séance de baise excitante.

Derrière moi un bruit de craquement, c’est deux mecs, un jeune et un plus âgé qui s’approchent.

  • Je dis : « Elle m’a excité cette pute en se faisant baiser comme ça »
  • L’un me répond : « Ouais mec moi aussi je suis excité »
  • L’autre : « Ouais j’ai la queue raide et les couilles pleines »

Le plus vieux pose ses mains sur mon torse et me caresse, le plus jeune s’astique la queue; Une belle queue fine, longue et déjà violacée au bout et des couilles bien pendantes. Je me penche en avant pour engloutir ce joli membre. Le jeune me saisit la tête pour me baiser la bouche. En même temps je sens les mains rugueuses du plus vieux me parcourir de long en large; Il doit apprécier la douceur de ma peau épilée. Tantôt un doigt ou deux effleurent mon anus. Il ne perd pas de temps, il enfile une capote, crache sur mon trou, présente son gland devant l’orifice anal et me pénètre avec violence pour me défoncer le cul.

J’ai deux queues en moi, et je me fais prendre comme une chienne, il est entré dedans comme dans du beurre, j’aime la bite… j’aime sa bite. Il me lime à fond, son ventre est en train de claquer sur mes fesses.

Autour de nous, d’autres mecs sont en train de se masturber en ne perdant pas une miette de cette séance.

Le premier explose dans un long jet épais au fond de ma gorge, suivi d’autres jets moins abondants.

Après l’avoir bien nettoyé pour ne pas en perdre une goutte, je le libère de ma bouche pendant que le deuxième continue de ma labourer le cul. D’ailleurs, il ne tarde pas lui non plus à jouir. Il se retire, jette la capote et remballe lui aussi sa queue.

Après ça, j’ai envie que les mecs qui se masturbent autour de moi me souillent, qu’ils me crachent dessus, me pissent dessus, et éjaculent sur mon cul nu et offert. Un premier, s’approche pour se vider les couilles sur mes fesses, ce qui donne le top départ pour un bon arrosage, mélange de foutre et de pisse.

Une lope au sex-shop

Je profite d’un petit moment en ce début d’année pour vous raconter cette soirée qui se déroulait dans une grande ville du sud-ouest en novembre dernier.

Pour planter le décor, cette escapade se passe dans un sex-shop qui possède des cabines et une salle de ciné en sous-sol.

Dans la mesure du possible, j’essaie de préparer au mieux mes virées nocturnes afin que je n’en retire aucune frustration; c’est pour cela que j’avais passé une annonce quelques jours auparavant dont voici un extrait…

… Au sex-shop ou au ciné X, je suce toutes les queues qui se présentent sans capote, vous pouvez décharger de suite ou m’enculer (avec capote) aussi longtemps que vous voudrez. Quand votre queue ressort de ma chatte, j’enlève la capote et je vous reprends en bouche pour faire gicler votre jus. J’aime recevoir votre foutre en plein visage et je finis de vous vider dans ma bouche en léchant votre queue jusqu’à la dernière goutte. Pour les hommes vraiment pervers qui en ont envie, ils peuvent m’asperger de leur « champagne » dans les toilettes du fond de la salle.

J’y serai en fille habillée sexy, châtain cheveux courts, top ou chemisier décolleté, jupe noire très courte, bas auto-fixant noirs, soutien-gorge noir à bonnets ouverts. Je porterai aussi un collier de chienne…

Au plaisir de vous y faire plaisir…

Autant vous dire que je connais ce lieu, et avant de partir de ma chambre d’hôtel, je me prépare, enfile un jogging par-dessus et mets un imperméable. Dans mon sac à dos, ma perruque, et mes escarpins.

Après un petit transport en bus, je continue ma transformation dans une sanisette non loin du sex-shop. Je retire le jogging, mets mes escarpins et ajuste ma perruque. Je ressors ainsi vêtue, et marche d’un pas assez pressé par l’excitation en direction du sex-shop.

Je pousse le rideau à l’entrée et flâne un peu dans les rayons. Des hommes étaient là, se regardaient, et commençaient à me mater. Ils avaient compris qui j’étais et ce que je suis venu chercher ici.

Après un petit moment, je sens l’excitation monter et je décide d’aller à la caisse prendre une place pour la projection en salle au sous-sol.

Je descends l’escalier, des hommes tournent dans le couloir, et moi, j’entre dans la salle au bout du couloir, je m’assois sur un fauteuil non loin des toilettes après avoir retiré mon imperméable. Mes yeux s’habituent peu à peu à l’obscurité ambiante et je vois que la salle est quand même assez remplie.

Alors que je commence à regarder le film, un homme assis à côté de moi se masturbe. Une bite énorme, longue et de gros diamètre qui se tient au garde à vous.

Je me mets à genoux sur mon fauteuil et je commence à sucer cette bite qui envahit ma bouche.

  • Lui : Oui ! Tu suces toujours aussi bien, toi ?

Je ne réponds pas, je suce. Mes mains glissent sur ses fesses poilues et bien fermes. Elles s’égarent entre les cuisses, dans la raie toute chaude et soupèsent ses couilles volumineuses.

  • Lui : T’es vraiment une super bonne salope.

Puis, il me prend la tête et s’active de plus en plus, il m’attrape la tête pour me baiser la gueule. C’est lui qui dirige. J’arrive à peine à respirer tellement sa bite rempli ma gorge. Je m’agite en lui aspirant le gland puis je lui suce les couilles jusqu’à ce que de longs jets de foutre tiède vinrent s’écraser au fond de ma gorge, j’avale tout, aspire bien la dernière goutte. D’autres hommes sont autour de moi, un mateur s’est rapproché et s’est mis derrière moi et commence à me caresser le trou tout en se branlant pendant que je branle d’autres bites; j’ai vite compris qu’il voulait m’enculer.

  • Lui : J’ai trop envie de te la fourrer dans le cul. T’as une capote ?

Bien placé à genoux sur le fauteuil, la croupe bien relevée, je lui en tends une qu’il déroule sur son engin. Je me tartine le trou de gel lubrifiant et je lui présente mes fesses lisses. D’un coup sec il me pousse sa tige bien au fond de mon cul. C’est rapide mais efficace. J’ai juste une petite douleur à l’entrée puis rien que du plaisir et m’encule pendant un long moment. Il ne veut pas décharger dans mon cul et il part après m’avoir bien dilaté le trou. Par la suite il est repassé deux ou trois fois toujours la bite à la main pour que je le suce; j’ai aimé sa bite. Un moment plus tard un autre homme est venu le remplacer. Il a une plus petite bite, il me maintient la tête pour le sucer en fond de gorge.

Pendant ce temps, bien occupé j’entends ces échanges derrière moi :

« C’est vraiment une bonne pute ! Tu veux l’essayer ? » Demande mon enculeur du moment à un homme qui attend.

Il lui répond « Après toi !  Vas y !  Te gêne pas… ».

Un moment plus tard, après quelques giclées de foutre sur mes fesses, un autre homme essaye de me caresser alors je lui présente mon cul face à lui, il met une capote à sa main qui commence à se frayer un passage entre mes fesses et au bout d’un moment il me dit :

  • Lui : Chienne, suis moi dans les chiottes, c’est ta place…

Il me tire par l’anneau de mon collier de chienne et m’oblige à le suivre dans les toilettes. Ce spectacle attire les hommes à nous suivre.

Je retire ma jupe et mon top et m’installe à quatre pattes uniquement en bas et soutien-gorge, et déjà quatre hommes sont autour de moi la bite à la main. Le mec le plus directif qui m’a emmené là, se place derrière moi et me caresse les couilles et tire sur ma bite molle pendant qu’il m’enfonce sa main dans le cul. Il me travaille le cul et les couilles tout en me traitant de « grosse pute, garage à bites… ». Les autres hommes s’occupent de moi et utilisent ma bouche comme ils veulent. C’est une situation excitante, j’ai une main dans le cul, des bites que je suce à tour de rôle, et je branle d’autres bites en même temps. J’ai senti des hommes se vider sur moi, et j’ai bien étalé leur foutre.

Le mec qui était très dominateur et directif est resté ensuite et m’a dit avant de partir que si je ne portais pas de bas et que si j’étais plus dilatée il me prendrait bien comme lope et aimerait être mon Maître… « c’est impossible, je n’habite pas cette région, mais sur Paris, si je tente un Maître, pourquoi pas… »

Ce spectacle a aussi l’avantage d’exciter la libido des hommes autour de moi. Un homme s’approche et me présente vite sa bite, il est très dur la bite bien dressée.

  • Lui : Salope, pompe-moi ! Pompe-moi bien à fond…

C’est un plaisir de le sucer et de lécher ses couilles et son cul pendant que les autres hommes se branlent en attendant qu’une place se libère pour combler un de mes orifices.

  • Lui : Je vais te cracher à la figure. Je vais t’inonder la tronche avec mon jus de mâle !

Il décharge tout son foutre épais sur ma figure. Les hommes présents profitent bien de moi et moi je profite bien de leur bite. Après qu’un dernier homme me baise comme une reine, c’est le plus attentionné de cette soirée. Sa technique est vraiment géniale, il s’enfonce profondément, ressort presque pour mieux replonger sa bite dans mon trou. Puis au bout de dix minutes, il me dit qu’il n’en peut plus… qu’il va jouir. Ce qu’il fait d’ailleurs en se mordant les lèvres pour ne pas hurler! Après il vida sa capote sur ma figure.

Je suis resté comme ça un long moment et un mec timide est venu pour me juter et me pisser dessus, puis m’a remercié et est parti.

Je me suis essuyé grossièrement et rhabillée encore toute dégoulinante de pisse et de jus, et en marchant dans la rue en direction de ma chambre d’hôtel, je pouvais sentir les effluves de foutre et de pisse mélangées pour mon plus grand plaisir.

Voilà une soirée bien débridée dans un lieu chaud de cette ville.