Notes

    • Les actualités de Waloou – Septembre 2020

      Actuellement en province, je passe régulièrement sur des lieux de drague en extérieur (parking, bois, aire de repos) pour m’exhiber et me faire partouzer en pleine nature au hasard des rencontres.

      Plus d'infos en cliquant ici

Rencontre avec Elvis

Mes dernières expériences se limitent ces derniers temps à sucer et me faire baiser lorsqu’une occasion réelle se présente.

Ma dernière lubie en date est la zoophilie, découverte il y a environ un an. La vue de ces queues canines et chevalines tendues à l’extrême et fourrageant ces bouches et ces anus me met dans un état d’excitation avancé.

Il y a quelques jours, je fus comblé…

J’ai fait la connaissance d’un homme, cultivé et sympathique, avec qui je me suis lié d’amitié.

Il possède une petite maison à la campagne et au fil de nos discussions, il m’invita naturellement à venir passer une journée chez lui, prétexte à un bon repas et une bonne discussion.

J’arrivais vers onze heures chez lui, dans un petit paradis isolé. Il m’accueillit avec plaisir et une franche accolade. Il me fit visiter sa demeure, le jardin et me présenta sa fierté, Elvis un beau rottweiler de deux ans et demi.

Nous passâmes à table, pour un fort bon dîner copieusement arrosé, il en va de soi.

Après le repas, je pris un peu l’air, histoire de faire passer mes vapeurs d’alcool.

Pendant ce temps, mon hôte mis des chaussettes aux pattes d’Elvis et m’appela pour me dire qu’il était prêt. Je revenais dans le salon et mon hôte me dit de me dévêtir.

Ivre de sensations, je me dévêtis rapidement, le sexe tendu, prêt à exploser et je me mis à 4 pattes, et, sous l’effet de l’alcool, je réclamais finalement à me faire baiser comme une salope!

Le moment était enfin arrivé! Elvis tournait autour de moi et la vue de la taille du sexe entre les pattes de l’animal fixa mon attention! Quel engin!

Mon hôte sembla remarquer mon trouble mais ne dit rien. Il parlait à Elvis, nous mettant en confiance mutuelle, touchait au fourreau d’Elvis, d’où commençait à émerger une queue monumentale!

Je salivais d’avance!

Mon hôte caressait le flanc d’Elvis d’une main et pris l’engin dans l’autre et le dirigeait vers mon anus déjà tout lubrifié, puis le poussant au plus profond de mon intimité.

Je sentais cette bite énorme grossir en moi et je savais qu’Elvis allait verrouiller cette saillie.

La sensation de cette queue qui me ravageait les entrailles, les flots de sperme chauds qui m’inondaient  me faisait gémir de plaisir et mon sexe se tendait, prêt à exploser. Je bandais comme rarement dans ma vie.

Mon hôte me fourra sa bite énorme dans ma bouche pour faire taire ces râles de plaisir et je me mis à le sucer avec avidité, ce qui n’eut pas l’air de lui déplaire! J’aspirais avant tout à le faire jouir pour en prendre le plus possible. Son gland tapait contre le fond de ma gorge, et je sentis à ses grognements de plaisir que j’allais étancher ma soif…

Une énorme giclée de sperme chaud et épais vint éclabousser mon palais, et j’avalais tout sous l’effet de la surprise mais surtout de la gourmandise!

J’en eu le souffle coupé et j’ai joui instantanément, mon foutre allant gicler sur le carrelage du salon.

Elvis continuait à me remplir royalement pendant de longues minutes, puis se retira d’un coup de mon cul, me laissant la rondelle bien ouverte ruisseler le trop plein de semence le long de mes cuisses.

Mon hôte me tendit le sexe d’Elvis que je me mis à sucer pour le récompenser de la longue saillie et de l’extase reçue, ce qui me refit bander.

Mon hôte le constatant, entreprit de me sucer, prenant soin de bien nettoyer le sperme encore présent de ma précédente éjaculation.

Le résultat ne se fit pas attendre! J’explosais à nouveau, lui inondant le visage et la bouche.

Quel pied j’ai pris ce jour là !

 

A l’hôtel, et un, et deux, et trois !

Cette semaine, j’étais en déplacement pour mon boulot. Je m’étais donc activé à passer une annonce sur Vivastreet  « Lope passive s’offre à l’hôtel… » afin d’obtenir quelques rendez-vous pour une soirée à mon hôtel.

La soirée tant attendue fut arrivée…

waloou_024Un premier homme est arrivé sur le coup de 19h30; un jeune mec assez baraqué. Après être entré dans la chambre, je me suis allongé, il s’est déshabillé entièrement puis, debout, me tendit sa queue qui bandait déjà en me disant « Mets toi à genoux et suces moi salope … ». Je  m’exécutais, je saisissais sa queue, la décalottait ; le méat est rouge, le gland luisait, gros, plein de sang. Sa queue grossissait, se tendait, se dressait, je la suçais longtemps à genoux, mon autre main sur ses fesses et caressait, les doigts prêts à filer dans la fente. Je bandais aussi  (un exploit !), et soudain il a pressé ma tête contre son sexe pour m’envoyer une pleine gorgée de sperme que j’ai rapidement avalé… Il m’a alors demandé de m’allonger, s’est allongé à coté de moi et m’a redonné sa bite à sucer… J’ai bien évidemment recommencé à pomper cette belle queue qui rebandait déjà… Ça n’a pas duré bien longtemps non plus avant que, à nouveau, il éjacule dans ma bouche en disant « Allez, avales encore, salope … ». Ce que je réalisais avec grand plaisir. Il s’est rhabillé, m’a demandé si j’avais aimé et il a filé…

J’avais une petite demi-heure à tuer avant l’arrivée d’un second rencart. A son arrivée, il s’est déshabillé et est venu à coté de moi. Aussitôt et sans même qu’il bande vraiment, il voulait que je le suce… J’ai compris pourquoi car dans les quelques instants qui ont suivis son sperme  envahissait ma bouche !  Moins de deux minutes, il était temps qu’il arrive…, un peu plus il faisait dans le pantalon avant d’arriver, enfin, il m’a dit que la prochaine fois il ferait mieux.

Moins d’une heure plus tard, j’avais un autre rencard… qui s’est pointé. Un beau brun la quarantaine passée qui me mit sa main direct au cul, il éteignit la lumière et dans la pénombre je m’étais même pas encore penché pour sucer sa bite, qu’il pointait ma rondelle avec un doigt, la transperçait. Sa bite était très raide, assez large à la base, circoncise. Quand je l’ai eu bien pompé et que je me suis retourné, il a mis une capote et il m’a enfilé tout en une fois, jusqu’à ses burnes, puis a commencé à me baiser à grands coups de reins. Il me bourrinait, ce n’était pas du grand art mais les coups étaient bien plantés, et je sentais ses burnes taper contre mes fesses…  ses mains douces qui pendant ce temps caressaient mon torse, s’arrêtaient à mes seins, comme un mec baise une femme par derrière en la tenant par les nichons.

Au bout d’un long moment il se retourna et engouffrait sa bite dans ma bouche. Il me baisait la gueule et jutait dedans une dose tellement copieuse qu’à un moment je n’en pu plus : « s’il continue de cracher je vais le dégueuler… ». Et il continue. Alors, pour évacuer ce trop-plein de foutre, j’avalais, j’avalais au fur et à mesure qu’il me remplissait. Un bon jus épais et chaud qui dégoulinait de ma bouche, sa bite coulissait dans ma bouche poisseuse, ma langue chaude et humide sur le gland, son sperme et ma salive, ma déglutition.

Que c’est bon d’être une vraie salope vide couilles.

Dernière sortie de l’année dans un ciné X

waloou_023j’avais envie pour une dernière fois cette année d’aller dans un ciné X.

En cette occasion je m’étais fait un léger bondage des couilles dont voici une photo, oui j’avais envie d’avoir cette sensation supplémentaire ce jour là.

Arrivé dans l’après midi, j’enlevai mon bas de jogging, il ne me restait juste une culotte en dentelle blanche et un manteau pour cacher juste le minimum.

Assis au fond de la salle, des hommes sont venus s’asseoir à coté de moi, tripotant ma petite bite qui sortit rapidement de la dentelle. Je peux dire qu’ils ont apprécié toucher mes testicules bien serrés, m’ont présenté leur membre au garde à vous, et moi, en bonne lope gourmande, j’engloutissais recto verso tout ce qui se présentait à moi.